Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Al Pacino, le serrurier retrouvera-t-il la clé de l’amour ?

Si vous êtes à la fois fan de serrurerie, comme mon pote Michel qui m'a conseillé ce film, de cinéma et d’Al Pacino, vous serez heureux en regardant « Manglehorn », un film réalisé par David Gordon Green. Il s’agit d’une comédie dramatique où le célèbre acteur américain est un solitaire mal aimé. Il a besoin d’amour et doit trouver la clé qui permet de le trouver. Facile je pense, puisqu’il est serrurier ! Mais après avoir regardé ce film, j’avoue ne pas être comblé !

Al Pacino en perte de vitesse !

J’ai regardé ce film avec beaucoup d’attention, mais je dois dire honnêtement que j’ai du mal à comprendre un truc. On retrouve notre cher Al Pacino deux fois en un mois dans deux films. « Manglehorn » est en réalité la suite de « The Humbling » de Barry Levinson, un autre titre sorti quelques jours après celui qui nous intéresse ici. Dans le premier, l’acteur, que j’aime tant, joue le rôle d’un célèbre comédien recherchant un second souffle. Dans celui-ci (Manglehorn), il est dans la peau d’un serrurier et un homme quelconque qui, ne supportant pas d’avoir perdu sa dulcinée, recherche inlassablement l’amour. Je me suis donc posé la question suivante : comment le grand Al Pacino peut apparaître, en l’espace d’un mois, à l’affiche de deux films qui ne collent pas à son style d’acteur? Était-ce important pour lui de se faire voir à l’écran, même si c’est pour jouer des rôles auxquels il ne nous a pas habitués ? Je ne sais pas ce que vous en penserez en regardant « Manglehorn », mais je trouve Al Pacino en perte de vitesse et même effacé.

Al Paccino serurrier

Pas grand-chose à se mettre sous la dent !

Finalement, après avoir regardé « Manglehorn », je dois dire que ce film n’est pas si terrible, loin d’être hautement captivant ! Je m’attendais à voir le grand Al Pacino dans ses œuvres, mais j’ai plutôt vu un acteur mit dans la peau d’un personnage en déphasage avec son charisme naturel. Malgré son talent, son jeu n’est pas convaincant à mon goût. Je dirai qu’il se fout un peu de notre gueule, car les habits qu’ils portent ne lui conviennent pas. Moi je veux voir mon Al Pacino d’avant, le vrai avec sa belle gueule qui montre toute sa ténacité. Ce rôle de serrurier en manque d’amour m’a laissé sur ma faim, même si le film en lui-même n’est pas si nul. 

Les commentaires sont fermés.